Un plongeon en innovation : notre visite de l’innovation Sainte-Anne !

capture d’écran 2022 05 03 à 11.02.23

Nous avons tous dans notre vie quelques évènements pédagogiques (et humains), qui nous bouleversent positivement. Voici maintenant deux semaines que nous avons eu la grande chance d’effectuer un voyage inoubliable au Québec avec mes collègues de l’eduLAB.

Parmi les activités importantes de notre séjour, la première semaine fût marquée par notre visite du Collège Sainte-Anne de Lachine. La renommée de l’établissement en matière d’innovation nous a poussé à aller voir par nous-même la réalité si particulière de cette école.

Si les valeurs de créativité, de collaboration, et d’innovation raisonnent également en vous, alors cet article devrait vous plaire sans aucun doute ! Poussons ensemble les portes de cette école à travers ce petit récit portant sur notre journée.

Annie Lévesque

Annie est une super enseignante de mathématiques que j’ai eu l’occasion de rencontrer grâce à un Créacamps de l’École Branchée. Elle s’est proposée de venir nous chercher à notre logement de Montréal. Sans elle, cette organisation n’aurait jamais été possible !

45 minutes de trajet nous séparent de l’école, et nous avons le temps de papoter longuement avec l’agitation qui nous attend durant cette journée si particulière. Annie est enseignante depuis 12 ans maintenant. Annie est une enseignante ayant la main sur le cœur, ce genre de professeur qui pense d’abord au bien-être des autres avant le sien. Investie dans de multiples projets de tutorat, elle accompagne des personnes en difficulté grâce à son expérience pédagogique.

Dernièrement, Annie a remporté un prix pour son projet d’ampleur avec son collègue Keven Poulin que nous avons également rencontré. Ensembles, ils ont eu l’occasion de modéliser différents lieux historiques à travers le monde, et les ont ensuite intégrés dans une plateforme de réalité virtuelle en 3D afin de présenter le travail de tous leurs élèves. Nous aurons l’occasion de détailler plus en détail leur projet dans un futur article ! 

 

Quelques ressources au vol concernant ce super projet 

La plateforme de modélisation 3D utilisée : https://www.blockscad3d.com/?fbclid=IwAR1BLaFRwVX1cZZn9ZkpqexOAcG4zCQtEE8bfOZL5VySwfojcCfI2Ubgbyc

L’environnement VR où était compilés les travaux des élèves : https://framevr.io/?fbclid=IwAR1RKoMlv6-UPKqAOBKssmNPUNd4IfGTLk4LXtVr2QpPfgxS51UYdSpMBg4

Je ne sais pas qui est la plus enthousiaste à l’idée de cette journée : elle, ou nous ? Le programme qu’elle nous a concocté vaut en tout cas le détour !

img 3300 2

« Design thinking »

img 3314 2

Une fois arrivés dans l’école, et après une petite visite de différents lieux importants (dont la bibliothèque très impressionnante), nous déambulons dans les couloirs jusqu’au cours de mathématiques de Annie.

Ce qui nous marque d’emblée, c’est le design intérieur général du bâtiment. Absolument tout est fait afin que l’élève s’y sente bien pour apprendre, pour échanger, pour collaborer. La décoration permet de percevoir les valeurs de l’école, qui sont d’ailleurs inscrites en grand pour qui veut bien les lire.

L’organisation se base sur un processus de « design thinking », une approche de l’innovation centrée sur l’humain (les élèves et les enseignants dans ce cas), en vue de réaliser des activités innovantes. Comme expliqué précédemment, l’innovation à Sainte-Anne a à cœur de pousser l’innovation en pédagogie, elle partage d’ailleurs régulièrement sur ce site internet : https://innovation.sainteanne.ca

Les élèves et les enseignants, disposent de nombreux endroits où se rassembler, pour échanger, et collaborer de manière inspirante. Il y en a pour tous les goûts : alcôves, sales collaboratives avec ce qui s’apparente à une peinture au sol. Autant vous dire que pour des esprits créatifs comme les nôtres, cela donnait des étoiles dans les yeux !

Ce desing thinking est également porté jusqu’aux coins les plus insolites de l’école, comme aux toilettes (et oui !). Ainsi, on vous proposera les dernières ressources et activités innovantes, pendant que vous assouvissez vos différents besoins vitaux. De quoi sortir soulagé, et inspiré pédagogiquement. 

Précédent
Suivant

Des cours marquants, des profs inspirants !

Annie

Direction le premier cours avec notre guide. Première surprise : le nombre d’élèves oscille entre les 35 à 40 ! Lorsque l’on sait tout le questionnement que nous avons ici en Belgique sur la taille des groupes d’élèves, je dois bien avouer que c’était une totale surprise.

Cependant, tant la méthode que les tâches étaient adaptées. Les élèves disposaient tous d’un ordinateur, les exercices à réaliser étaient eux repris sur une plateforme d’apprentissage en ligne : Go Formative. D’autres outils en ligne plus ponctuels peuvent également être intégrés dans les apprentissages, tel que Netmath que je ne connaissais pas du tout. Le rôle d’Annie dans la séquence que nous avons observée, est de coacher, conseiller l’élève afin que celui-ci surpasse ses difficultés.

Les élèves travaillent sous la forme d’une tâche problème à résoudre, réalisée de manière transversale avec Keven. Lors de l’une d’elles, les élèves devaient par exemple concevoir une activité de fête-foraine qui reprenait les différents concepts vus au cours.

Interrogé sur sa motivation, un élève me répond : « on est responsabilisé assez vite. Si on ne le fait pas, on sait qu’au final on sera pénalisé et que nous ne pourrons pas réussir. On est assez libre, mais à nous d’en profiter positivement ». Un point gagnant dans la responsabilisation de l’élève vis-à-vis des tâches à effectuer.

capture d’écran 2022 05 03 à 11.57.41

Marilou

Seconde immersion dans un cours, et je dois bien avouer que celle-ci m’a totalement rempli d’émotions. Le principe du cours d’entrepreneuriat repose sur une marque : SCOLOCO. Les élèves fonctionnent comme une véritable équipe, organisée en différents départements (tout comme une petite entreprise). Les élèves se mettent donc en projet, recherchent des informations, réfléchissent à l’orientation à donner à la marque. 

Les différentes activités à mener, sont l’occasion pour l’enseignante d’aborder les notions et savoirs prévus lors de son cours (un nouveau combo gagnant !). Nous assistons à un moment de synthèse, où les élèves ont justement l’occasion d’y présenter leur projet : « la différence est ma préférence », quel super slogan !

La marque SCOLOCO met un point d’honneur à lutter contre toute forme de discrimination, et se veut être une marque écoresponsable. Ces valeurs se lisent même jusqu’au lacet présent sur les chaussures. Quand social et économie se rassemblent pour un entreprenariat positif, quelle claque !  Voici d’ailleurs sa nouvelle collection 2022 réalisée avec les élèves : https://youtu.be/bwIoBCRSChk

Intéressé par Scoloco ? Voici son site internet :

https://scoloco.com

img 3327 2

Audrey-Anne

Direction un cours totalement porté sur la créativité : les arts technologiques ! Un nom qui fait rêver ! Nous rentrons curieux et sur la pointe des pieds dans cette ambiance tout simplement bluffante.

Les élèves travaillent individuellement sur leur projet d’illustration vectorielle (rien que ça), et utilisent pour cela Adobe Illustrator. Nous sommes interloqués par l’âge des élèves : ceux-ci sont en deuxième secondaire ! Et là, je sais ce que vous devez très certainement vous dire : « parfois les nôtres ne savent pas envoyer un mail ».

La première partie de l’année permet aux élèves d’apprendre à maîtriser les logiciels nécessaires. Ensuite, ils peuvent enfin se mettre en activité afin de créer leur propre projet personnel. Leurs créations sont ensuite compilées sous la forme d’un jeu de cartes. Petite cerise sur le gâteau : chaque carte donne ensuite accès à un contenu en réalité augmentée avec une application spécialement développée pour l’occasion ! Nous avons eu la grande chance de pouvoir repartir avec un exemplaire, qui sera précieusement gardé à l’eduLAB pour de prochaine formation, quel trésor !

Et pour les élèves qui seraient plus rapides que d’autres me direz-vous ? La solution est toute simple : ils ont la possibilité de poursuivre un second projet, encore plus libre, où la seule condition est de créer en appliquant les compétences et savoirs abordés en cours ! L’exemple de prolongement auquel j’ai pu assister, étaient deux élèves en train de créer un moulin de leurs propres mains. Construction de la structure, utilisation d’une microcarte de codage pour faire fonctionner le moulin, une autre surprise à laquelle je ne m’attendais pas.

Précédent
Suivant

Anouk

img 3345 2Autre cours, autre ambiance : nous arrivons maintenant en français. L’objectif de cette heure est basé sur un concept trop souvent laissé de côté à mon goût en Belgique : la rétroaction (ou feedback). Ici, cette notion elle est totalement intégrée dans les préoccupations pédagogiques de chaque enseignant.

Après un échange avec Anouk, nous apprenons qu’elle a mis au point avec son compagnon, un dispositif étonnant pour accompagner les élèves : un système de codes, permettant à l’élève de comprendre directement son erreur via une autocorrection, le SPAVOC (syntaxe, ponctuation, accords, vocabulaire, orthographe, cohérence).  Mais ce n’est pas tout ! Ces erreurs sont ensuite compilées, à l’aide d’un « petit » algorithme, afin de visualiser les forces et les faiblesses des élèves, sous la forme d’un graphique en étoile.

Ce système ne manquera pas de rappeler aux joueurs de RPG, l’évolution d’un personnage avec ses différentes caractéristiques ! Ludique et clair, il donne une vue précise de l’évolution de chacun des élèves. Cette création, l’enseignante la doit au fait que l’école pousse naturellement à l’innovation, fait confiance, et encourage dans ce type de démarche.

Un article déjà rédigé sur la place de la rétroaction dans l’apprentissage par nos copains de l’École Branchée : https://ecolebranchee.com/retroaction-engagement-et-collaboration-comme-outils-apprentissage/

img 3344
capture d’écran 2022 05 03 à 12.12.10

Alexandra et Pierre

La fin de journée se rapprochait, et nous n’étions pas au bout de nos surprises. Nous nous dirigeons vers le makerspace, un bâtiment s’appelant « la chaufferie ».

Avant de continuer nos explications, il est intéressant de mettre ce qui va suivre en perspective avec la situation en Belgique concernant la considération pour les cours techniques et manuels. Ne nous mentons pas, la dévalorisation frappant ces cours est encore bien trop grande à notre époque. Me battant contre cette vision réductrice de ces sections, je me suis souvent questionné sur la manière d’améliorer cette image, et des solutions pouvant être apportées pour montrer à tous l’importance de ce type de cours pour nos élèves. La réponse se trouve peut-être dans ce qui va suivre !

Le cours auquel nous assistons, permet ni plus ni moins aux élèves de créer leur propre instrument de musique !!! Nous assistons donc une nouvelle fois étonnés au travail réalisé par les élèves. Ceux-ci sont déjà passés par l’étape de réflexion, de recherche, de préparation du matériel depuis le début d’année scolaire.

Après avoir réalisé le plan des différentes actions à mener pour construire leur propre instrument, les élèves utilisent leurs matériaux et les machines à leur disposition, sous l’œil attentif de leurs enseignants (Alexandra et Pierre).

L’aspect technique, se met ici à la contribution de la créativité. Les élèves peuvent ainsi exercer certaines disciplines manuelles qu’ils n’auraient peut-être pas pu aborder autrement (travail du bois, machine-outil, etc). Dans ce cadre, ces compétences techniques sont donc valorisées, et constituent une étape indispensable dans la réalisation de ce projet transversal : et si une des clés était présente sous nos yeux afin de valoriser de nouveau ces sections (à méditer) ?

Précédent
Suivant

Des conseillers pédagogiques à l'écoute

Durant notre journée passée au Collège Sainte-Anne de Lachine, nous avons également eu la chance de nous entretenir avec l’équipe de conseillers pédagogiques et technopédagogiques. Car oui : l’école dispose de ses propres conseillers ! Des personnes de proximité, pouvant directement accompagner et conseiller l’équipe d’enseignants dans ses différents projets.

L’échange informel réalisé, nous aura je pense une nouvelle fois permis de comprendre que même si un océan nous sépare, les préoccupations pédagogiques liées au numérique sont bien communes : comment faire pour rendre plus efficace l’apprentissage ? Comment faire pour motiver, engager nos élèves ?

Ces échanges nous ont également donné confiance, car nous avons pu mettre nos propres projets en perspective, et enfin comprendre que nous n’avions pas à démériter sur certaines actions que nous menons.

Je remercie chaleureusement Keivan et ses collègues pour ce moment ! Intéressé d’échanger avec lui ? Voici son compte Twitter : @keivanfarzaneh. Je ne doute pas qu’il sera ravi d’échanger avec vous sur des questions liées à la pédagogie et au numérique.

img 3324 2

Une philosophie, une posture pédagogique

Après cette immersion d’une journée entière dans cette école, une chose frappe : la philosophie commune de l’équipe. Bien que le matériel soit certainement un atout incontournable, celui-ci n’est rien sans une vision commune entretenue par les enseignants : « tout est possible à condition d’y croire vraiment ».

Je dirais même que c’est cette volonté de toujours se dépasser, de chercher l’activité et la méthodologie innovante qui aura un effet positif sur l’apprentissage. Cela constitue le point clé de la pédagogie présente dans l’école (au-delà des moyens financiers mis en place pour y arriver).

Ce que nous avons pu observer, permet aussi de questionner la posture de l’enseignant, parfois trop souvent érigé en « personne de savoir supérieur aux élèves ». Bien que des moments transmissifs et magistraux soient toujours nécessaires lorsque cela a du sens, on aura plutôt observé ici de véritables facilitateurs d’apprentissage, des coach bienveillants permettant aux élèves de se dépasser pédagogiquement.

On appréciera également une pédagogie axée sur les solutions et le positivisme ! « Il n’y a pas de problème, que des solutions » comme on dirait ici. Cela fait plaisir à voir, cela rassure également.

On ne manquera pas de souligner le rôle incontournable de la direction. Sans leadership de cette ampleur à la tête de cette école, on ne pourrait pas assister à ces différentes activités. Le capitaine d’un navire donne le cap à suivre, et dans ce cas il est assez clair : cap sur l’innovation !

Petite mise en lumière au passage, d’un ouvrage que je vous recommande concernant cette philosophie (et écrite par les membres de la direction) : https://osonslecole.com

En conclusion

Notre délégation aura passé une journée incroyable dans les murs du Collège Sainte-Anne. Nous remercions encore une fois chaleureusement sa direction et son équipe. Nous en sommes sortis littéralement avec « des étoiles dans les yeux. » Pédagogiquement, la volonté d’innovation portée par la direction rend possible de grandes choses. La première chose à retenir est là : sans une direction forte, qui fait confiance, qui soutien et pousse son équipe, rien de tout cela ne serait possible.

Le privé est en revanche moins un tabou de ce côté de l’Atlantique, que chez nous en Belgique. Cependant, l’école met en place des programmes de bourses, pour permettre à plusieurs de pouvoir s’y inscrire. Elle partage aussi largement les mécanismes liés à cette innovation, afin de donner toutes les clés pour que d’autres établissements puissent faire de même : un vrai partage de son leadership.

La journée que nous avons passée dans ses murs est une photographie très agréable, que nous devrons sans doute mettre en perspective lors de notre prochain voyage l’année prochaine, avec une seconde école publique cette fois-ci, pour mieux nous rendre compte des défis du système scolaire québécois.

Une chose est cependant indéniable : la philosophie, le mode de pensée axée vers le l’innovation pédagogique positive, et cette volonté de se dépasser pour le bien-être de l’élève : cela dépasse les moyens financiers, le contexte, et la structure qui peut l’habiter.

img 3347 2

Laurent Di Pasquale

Formateur TICE pour l’eduLAB