L’eduLAB, tiers-lieu éducatif au service de l’innovation territoriale

position paper edulab

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

L’eduLAB développé en 2019, a été imaginé comme un lieu d’expérimentation de pratique pédagogique et un modèle en développement susceptible d’inspirer de nouveaux projets de plus grande envergure. En septembre 2020, nous avons actualisé la réflexion sur le projet, en l’insérant dans une perspective territoriale. C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans le Position Paper que nous diffusons maintenant.

L’espace physique et numérique qu’est l’eduLAB propose d’expérimenter outils et méthodes, de réfléchir ensemble et de co-créer afin de faire évoluer la pratique pédagogique pour l’adapter aux nouvelles attentes sociétales autour des apprenants (créativité, essai-erreur, différenciation, respect de rythme de chacun).

Un espace sur plusieurs dimensions

L’eduLAB est porteur d’une communauté en devenir. Il amorce la construction d’une communauté apprenante qui ambitionne d’innover dans les pratiques d’apprentissage en s’appuyant sur une démarche collective, bienveillante et coopérative. Pour cela, l’eduLAB s’inspire de divers courants pédagogiques (pédagogie active, positive, coopérative, expérimentale…) pour la mise en oeuvre de cette communauté, développer des formations hybrides ou encore susciter la ludification des apprentissages. La co-construction et la collaboration sont centraux pour relever, ensemble, les défis de l’enseignement de demain.

position paper edulab dimensions

Dans sa courte histoire, l’eduLAB a rencontré, tant dans son projet, ses méthodes et sa dynamique, un succès important auprès du corps enseignant. Il est régulièrement cité comme référence. Il est amplement sollicité aussi. La pérennisation et le développement de son financement sont critiques à cette croissance.

En 2019, 203 journées de formation ont été organisées au profit de 1566 enseignants y générant 17.630 heures/stagiaires.
En 2020, sur 3 mois de confinement, 5080 personnes, dont plus de 3000 enseignants ont été formés aux outils et usages du numérique pédagogique. (8919 au total de l’année)

Des défis variés

Dans tous les secteurs de la société, ces vingt dernières années ont vu l’émergence de nouvelles approches et nouveaux dispositifs visant à modifier et refonder le rapport à la connaissance.

Le développement d’Internet et du numérique a été un accélérateur de la « transformation » de l’apprentissage. La crise du Covid-19 en 2020 n’a fait que renforcer les réflexions et initiatives au sujet de l’apprentissage, mettant en exergue les limites des modèles actuels et la pertinence d’en créer de nouveaux.

Dans ce contexte, il importe de (re)penser nos dispositifs, nos approches et notre conception même de l’apprentissage. Si des initiatives existent, elles sont pour le moins isolées, fruit de l’émergence de projets ciblés et d’expérimentations.

Aujourd’hui plus que jamais, les derniers événements nous incitent à innover à travers de nouveaux formats et dispositifs de formation, que ceux-ci soient collaboratifs, en présentiel ou à distance, et de façon hybride. Pour y arriver, le projet peut s’appuyer sur l’expertise de ses intervenants, le dynamisme de ses partenaires, dont la connaissance et l’expérience de différents modèles d’apprentissage permet d’explorer de nouveaux possibles. En effet, il s’agit dorénavant d’envisager un déploiement à plus large échelle, d’autres types d’expertise et d’enrichir celles déjà existantes.

Ainsi, ce Position Paper a pour objectif de proposer de nouvelles perspectives du projet dans un but de développement et de pérennisation.